Ladakh / Trek de la vallée de Markha

Cet itinéraire qui remonte la rivière Markha, peut s’effectuer en 6 à 8 jours.

Les nombreux villages qui le jalonnent, permettent de réaliser ce trek en autonomie chez l’habitant. Aucun matériel de camping ni nourriture n’est nécessaire. Une tenue de rechange, une veste chaude, éventuellement un sac de couchage pour « l’hygiène », sont à peut près suffisant.
Le point de départ classique du trek est à Chilling. A l’heure actuelle, la construction d’un pont au dessus du Zanskar est toujours stoppée par des opposants. Il faut donc traverser le fleuve dans une nacelle suspendue à un câble. Cet accès directement dans la vallée de Markha, est cependant le plus prisé des groupes organisés. Certaines agences de voyages, proposent ce trek en formule tout confort. Il faut compter pour chaque marcheur, autant de chevaux et d’accompagnateurs, qui transportent campement de tentes, cuisine, toilettes etc… Même si le nombre de marcheurs n’est pas si important, il est donc fréquent de se retrouver au milieux d’une caravane de transport.
Une alternative pour marcher plus tranquillement, est d’entrer dans la vallée par Rumbak. Il faudra par contre, franchir la passe « Gandha La » à 4972 m dès le deuxième jour. Le trek s’en trouve rallongé d’une journée minimum. Mais cela permet par la suite, d’être en décalage par rapport aux groupes et de marcher seul au monde. Les soirées chez l’habitant sont parfois rustiques, mais d’un réconfort inoubliable. Malgré la barrière de la langue, il ne faut pas hésiter à s’intéresser à leur quotidien. Demander si on peut aider à préparer le repas, est souvent une bonne façon de briser la glace et déclenche de grands moment de rire et d’échange.
Le long du trek, le sentier est généralement bien identifiable. Par endroits, des éboulis peuvent avoir déplacé le chemin. Faites confiance aux traces de sabots et au crottin. Si il partent dans l’eau, c’est qu’il faut traverser à gué.
A noter, que la neige des sommets fond à mesure que le soleil monte. Le niveau de la Markha s’élève donc au cours de la journée. A partir de 14 h, il devient très dangereux d’essayer de traverser.
La dernière étape du trek, est l’ascension de la passe Gungmaru La à 5263 m. Partir au levé du jour, pour gravir ces 500 derniers mètres de dénivelé est une expérience inoubliable. Certes, la nuit précédente au camp de tentes de Nimaling à 4700 m, peut être froide et humide. Mais cette lente montée hypnotisante, prend à mesure que l’on s’approche des drapeaux de prières, une résonance mystique. Le panorama qui se dévoile soudain derrière cette crête, vous apparaitra alors, comme la conclusion parfaite de toute votre aventure au Ladakh.


Voir tous les articles sur le Ladakh

Voir la carte du Ladakh

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *