Georges Freche dans son bureau à Montpellier